Accueil > Agenda > Culture > Guebwiller : histoire, anecdotes, légendes (2)

Guebwiller : histoire, anecdotes, légendes (2)

Ce mois-ci : découvrons Madame Adolphe.

Céline Rowcliffe : son histoire

Madame Adolphe

Madame Adolphe

Née le 17 avril 1841 à Rouen, décédée le 6 novembre 1916 à Mulhouse.

Fille de Jean Rowcliffe, constructeur de machines d’origine anglaise et de Henriette Grâce Barker.

Céline Rowcliffe rencontre et épouse, au Havre, le fils de Nicolas Schlumberger et de Marie Élisabeth Bourcart : Pierre Adolphe Schlumberger (1831-1911), ce qui lui valut son surnom de Mme Adolphe.

Le couple s’installe villa les Tilleuls (Gymnasiumstrasse 11).

Ils ont cinq enfants : Grâce Élise Marthe (1864-[1947]), Céline Marie (1866-[1888]), Pierre Adolphe Nicolas (1867-1954), Jean Henri (1869-1957) et Gustave Robert (1872-1958).

Plus grande bienfaitrice de la ville

Céline Schlumberger était unanimement appréciée des Guebwillerois pour sa générosité, sa bonté, son altruisme.

À son décès, les journaux locaux la décrivent comme étant la plus grande bienfaitrice de la ville.

Sur sa tombe figure cet extrait du 1er épître de Saint-Paul aux Corinthiens (I. Cor. XIII 13) : « Maintenant donc ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois est la charité ».