Accueil > Cadre de vie > Environnement > Pollution de l’air : alerte et recommandations

Pollution de l’air : alerte et recommandations

Une alerte pollution déclenche une procédure d’information à la population durant les épisodes de pollution de l’air, soit quand le seuil de concentration d’un polluant dans l’air dépasse la valeur limite imposée par la réglementation.

Pollution aux particules fines en suspension (PM10)

Les poussières en suspension, qui se trouvent dans l’air, sont d’origine naturelle (sable du Sahara, embrun marin, pollens…) mais s’y ajoutent les poussières d’origine anthropique, émises notamment par les installations de combustion (chauffage) et les transports (moteurs de véhicules). Ces particules en suspension PM10 sont des particules fines dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres (poussières inhalées). Elles sont particulièrement irritantes pour l’appareil respiratoire.

Les épisodes de pollution de type « combustion » se caractérisent par une concentration en PM10 majoritairement d’origine carbonée se trouvant piégées dans une couche d’air réduite par une inversion de température qui favorise l’accumulation des polluants atmosphériques.

La valeur limite en France est de 50 mg/m3 en moyenne journalière.

 

Pollution à l’ozone (O3)

Les épisodes de pollution liés à l’ozone se produisent surtout en été lorsque deux polluants primaires, les oxydes d’azote (NOx) et les composés organiques volatils (COV), réagissent au soleil et à l’air stagnant. L’ozone provient ainsi de la combinaison d’activités humaines (trafic routier, industries…) et d’un fort rayonnement solaire associé à des températures élevées. C’est pourquoi les pics d’ozone se produisent toujours en cours d’après-midi, selon le même cycle diurne que celui de la température : minimum vers 8h et maximum vers 17h.

La valeur limite en France est de 180 μg/m3 en moyenne sur 1h.

NB : ne pas confondre le « bon »,  l’ozone stratosphérique, et le « mauvais » ozone c’est-à-dire l’ozone à la surface de la terre ou troposphérique ! Il s’agit d’une variété gazeuse de l’oxygène (O), plus lourde que l’air, engendrée par la pollution près de la surface de la terre.

Les stations de mesure de l’association pour la surveillance et l’étude de la pollution atmosphérique en Alsace (ASPA) surveillent également deux autres polluants

  • le dioxyde d’azote (NO2) dégagé essentiellement par les transports
  • le dioxyde de soufre (SO2) dégagé principalement par les industries.

 

Recommandations sanitaires en cas d’épisode de pollution

Si vous êtes une personne sensible (1) ou présentez une gêne inhabituelle à l’occasion des pics de pollution, limitez les activités physiques intenses (2) (dont compétitions sportives) autant en plein air qu’à l’intérieur. Limitez les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords.
Si vous ne faites pas partie de ces catégories, il ne vous est pas nécessaire de modifier vos déplacements habituels ou activités sportives.

En cas de symptômes ou d’inquiétude, prenez conseil auprès de votre médecin ou de votre pharmacien.

À noter que, au-delà des effets à court terme, les principaux impacts de la pollution de l’air sur la santé sont liés aux niveaux de pollution moyens, observés sur plusieurs années.

(1) : femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes asthmatiques, ou présentant une pathologie cardiaque ou respiratoire, personnes présentant des symptômes lors des pics de pollution (personnes diabétiques, immunodéprimées…).
(2) : Activité physique intense : activité qui oblige à respirer par la bouche

 

Mesures de prévention en cas d’épisode de pollution

  • Respecter l’interdiction du brûlage à l’air libre des déchets verts des particuliers (règlement sanitaire départemental, art. 84). Les apporter en déchetterie

  • Éviter de faire du feu dans les foyers ouverts et les poêles anciens sauf s’il s’agit du mode de chauffage principal

  • Pour les travaux, privilégiez l’emploi d’outils manuels ou électriques plutôt qu’à moteurs thermiques

  • Éviter l’utilisation de la voiture en solo en recourant aux transports en commun et au covoiturage. Sauf pour les personnes les plus sensibles à la pollution, l’usage du vélo ou la marche à pied ne sont pas déconseillés

  • Sur la route, adopter une conduite souple et modérer sa vitesse. Il est conseillé sur les tronçons limités à plus de 70km/h d’abaisser de 20km/h sa vitesse sans descendre en dessous de 70km/h.

  • Les entreprises et administrations sont invitées à adapter les horaires de travail pour faciliter ces pratiques. Le recours au télétravail est également recommandé.

  • Pour les activités de production : rester vigilant sur l’état des installations de combustion et sur le bon fonctionnement des dispositifs anti-pollution. Reporter si possible les opérations qui pourraient être à l’origine d’émissions atmosphériques polluantes inhabituelles.

  • Sur les chantiers, prendre des mesures de réduction des émissions de poussières (arrosage, …), reporter les activités les plus polluantes et éviter l’utilisation de groupes électrogènes.

 
Les collectivités relayent les messages et recommandations. Retrouvez les sur le site de la ville de Guebwiller et sur le panneau électronique en entrée de ville.